La stratigraphie des images

documentation céline duval

insert : Françoise Lonardoni


édition ville de Vénissieux, 2014

 

32 pages couleur, 2 piqures à cheval

format plié 20,5 x 18 cm, 500 ex.

 

5€


Extrait du texte : Iconomancie, la divination par l’image
de Françoise Lonardoni, 2014

 

            Dans le livre d’artiste La Stratigraphie des Images se dégage aussi un rapport herméneutique. Suivant un scénario précis, documentation céline duval a organisé le livre sur deux effets de zoom opposés. Des gros plans abstraits, rocher ou terre, se révèlent au fil des pages comme un paysage de plus en plus vaste, jusqu’à devenir une vue de la terre par satellite.
            A l’inverse, une séquence de photographies insérée à intervalles réguliers montre les mains d’une femme qui explore un livre à découpe. Ce livre d’anatomie propose une découverte du corps par strates successives, et les mains, comme celles du géologue, exécutent la découverte rituelle, l’enfoncement métaphorique dans l’image. L’artiste fait une référence explicite au film Une Femme Mariée de J-L. Godard, frappée par ce rapport entre corps et image du corps.
            Trois autres images forment les pivots du livre : en couverture, une femme est absorbée par la contemplation d’une paroi rocheuse, sans que l’on décèle l’aspérité qui attire son regard.
            Au centre du livre, une gravure montre une halte de promeneurs en montagne. L’un des explorateurs fait un commentaire tandis que chaque personnage regarde le monde dans une direction différente. Nouvelle affirmation du commentaire comme entrée dans l’image et de l’image comme appréhension du monde.
            La dernière de couverture arbore une pile de photographies prises à l’atelier. L’artiste clôt ce récit sur l’image en dévoilant son matériau de travail sous l’angle de la coupe, de la stratification, encore.